Les Îles avec les Elles,
partenaires essentielles
cgPage d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd
search_left
 

Merci à notre député monsieur Joël Arseneau d'avoir remis à la ministre responsable de la Condition féminine, madame Isabelle Charest, les cartes postales de revendications féministes signées par les participant.e.s lors de notre déjeuner animé de la Journée internationale des droits des femmes.

#lerespectçasemanifeste#8mars

Vign_JoelArseneauIsabelle_Charest
 

Merci à notre députée madame Diane Lebouthillier d'avoir remis à la ministre responsable de l'Égalité des genres, madame Maryam Monsef, les cartes postales de revendications féministes signées par les participant.e.s lors de notre déjeuner animé de la Journée internationale des droits des femmes.

#lerespectçasemanifeste#8mars

Vign_Diane_Lebouthillier
 
.
 

La constante progression des femmes

 

Voici une ligne du temps qui souhaite mettre en valeur des moments historiques pour les femmes du Canada.

Toutefois, les lignes du temps ont souvent tendance à être limitées. Elle ont tendance à généraliser le parcours des femmes comme un vécu commun, alors que beaucoup de femmes ne sont pas représentées dans ce parcours dominant. Par exemple, «le droit de vote des femmes 1918» n'illustre pas que les femmes autochtones habitant dans les réserves n'ont pas obtenu ce droit avant 1960.

Nous souhaitons donc poser un regard critique sur l'Histoire des femmes en questionnant ces faits historiques afin de mettre en évidence les multiples réalités d'une diversité de femmes

 

Ligne du temps

 

1875: Grace Annie Lockhart est la première femme diplômée d'un établissement  universitaire du Canada et de tout l'Empire britannique. Elle est diplômée de l'Université Mount Allison au Nouveau-Brunswick.

 

1916: «Après plusieurs années de lutte, les femmes du Manitoba deviennent les premières Canadiennes à obtenir le droit de vote aux élections provinciales.»

 

1918: Obtention du droit de vote pour les Canadiennes au fédéral, à l'exception des femmes des Premières Nations.

 

1928: Inclusion de femmes dans l'équipe olympique canadienne pour la première fois.

 

1929: L'Affaire «personne». Cinq femmes : Emily Murphy, Louise McKinney, Irene Parlby, Nellie McClung et Henrietta  Muir Edwards, indignées qu'en vertu de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique (Loi constitutionnelle de 1867), le terme "personne" n'incluait  apparemment  pas les femmes, décident de faire appel au Conseil privé de Londres qui, après quatre jours de délibération, décide que l'appellation "personne" inclut également le sexe féminin.

 

1940: Obtention du droit de vote provincial pour les femmes du Québec.

 

1939-1945: En pleine Seconde Guerre mondiale, entrée massive de femmes sur le marché du travail afin d'occuper un grand nombre d'emplois traditionnellement réservés aux hommes. La majorité d'entre elles seront contraintes à quitter leur emploi après la guerre.

 

1946: L'Université McGill remet un diplôme  d'ingénieure à la première femme admise à la Faculté de génie. Il s'agit de Mary B. Jackson-Fowler, diplômée en génie mécanique.

 

1952: Les femmes du Manitoba sont les premières à être autorisées à faire partie d'un jury.

 

1953: Mariana Beauchamp-Jodoin est la première Québécoise à être nommée au Sénat.

 

1960: Obtention du droit de vote au fédéral pour les femmes et les hommes autochtones habitant sur les réserves.

 

 

 
Vign_Logo
 

Chaque année, au Québec, le « Collectif 8 mars » propose un thème pour la Journée internationale des femmes qu'il souhaite dorénavant appeler

« Journée internationale des droits des femmes »

Pour la journée 2019, il propose comme thème :

« Le respect, ça se manifeste ! »

Nous nous unissons pour exiger RESPECT, peut-on lire au verso de l'affiche conçue par le Collectif :

  • « Parce que nous sommes plus nombreuses à subir la violence, à vivre dans la pauvreté, à travailler au salaire minimum, à être monoparentale, à gagner un salaire moindre malgré des compétences équivalentes ;

  • Parce que nous sommes plus nombreuses à assumer les tâches ménagères, à prendre soin d’un enfant ou d’un parent malade ;

  • Parce que nous sommes moins nombreuses dans les lieux de pouvoirs, qu’ils soient politiques, économiques ou culturels, et moins nombreuses dans les livres d’histoire ;

  • Parce que la plupart des vérités énoncées ci-haut touchent de façons encore plus criantes certaines d’entre nous qui sommes autochtones, racisées, handicapées, transgenres, en situation de pauvreté, etc. »

Le Collectif invite à utiliser le mot-clic

#respect

 

Le collectif est composé de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), du comité condition féminine de la CSN, de la FTQ et de l’Intersyndicale des femmes.

 
Vign_Logo
 

Merci à nos généreux commanditaires de la journée du 8 mars

 
Vign_proxim
 
Vign_DESJARDINS1_1521147192
 
Vign_Honda
 
Vign_legion
© 2014
Créer un site avec WebSelf